Pain torsadé à l’ail et aux herbes aromatiques

Avant de partir, je vous laisse le temps de cogiter sur cette petite recette (du moins celles qui boulangent régulièrement).

Comme j’ai enfin des bannetons professionnels, je peux pousser le taux d’humidité de mes pains assez loin pour obtenir une mie très aérée.

Bon ici le pain n’est pas ultra aéré … (vous allez me dire, pourquoi les bannetons alors ? Ben pour garder la forme du pain, pardi !). Il n’est pas aéré car il est farci d’ail (beaucoup d’ail), d’huile d’olive et d’herbes aromatiques.

Un pain qui se passe de garniture et qui embaume la cuisine lorsqu’il cuit.

Ingrédients :

  • 700 g de farine grise de froment (équivalent T85)
  • 460 g d’eau
  • 2 g de levure
  • 15 g de sel
  • 3 càs d’huile d’olive
  • 6-7 gousses d’ail (ou moins ou plus, ça dépend si vous aimez ça … ou pas)
  • des herbes aromatiques : thym, romarin, basilic, sarriette, origan etc …
  • gros sel ou mieux de la fleur de sel
  • poivre noir du moulin

Préparation :

La veille :

  • Préparer la poolish avec 200g de farine, 230 ml d’eau et 2 g de levure fraîche.
  • Laisser la poolish travailler au moins toute une nuit (plus de 8h) pour obtenir une colonisation bactérienne idéale (je rappelle qu’une poolish adéquate est une poolish qui commence à s’effondrer au milieu).

Le jour même :

  • Préparer le pain en mettant la poolish, le reste de l’eau et de farine et le sel dans la machine à pain ou le bol du kitchen aid (pour le KA, faire tourner d’abord à petite vitesse 1 pendant 3-4 min et ensuite accéler à 2). Faire tourner la machine pendant environ 12 à 15 min.
  • Laisser reposer le pâton pendant 30 min.
  • Sortir le pâton de la cuve, le peser, le diviser en deux parties égales, les façonner en boule et les poser sur le plan de travail fariné. Laisser reposer quelques minutes le temps que la pâte se détende.
  • Pendant ce temps, mettre les gousses d’ail épluchées, l’huile, le sel, le poivre et les herbes dans un mortier et piler le tout jusqu’à ce que l’ail soit concassé mais pas en pulpe.
  • Etaler les deux pâtons en deux formes rectangulaires identiques.
  • Etaler la préparation sur les rectangles en évitant les bords pour pouvoir travailler ensuite la pâte.

  • Rabattre le paton comme sur la photo (de chaque côté sur le milieu).
  • Pincer chaque pâton au milieu pour souder le paton, le rouler pour en former une baguette.
  • Joindre les deux pâtons par un des deux bouts et torsader le tout en une tresse à deux brins.
  • Souder le bout final et déposer dans le banneton.
  • Couvrir d’un ligne légèrement humide et laisser pointer au moins pendant 4h (en fonction de la température de la pièce, le pâton doit avoir doublé de volume).
  • Préchauffer le four à 220°c.
  • Déposer le pâton sur la plaque à pâtisserie en ne le retournant pas trop violemment (pour qu’il ne perde pas son volume) et le fleurer.
  • Enfourner en donnant un coup de buée.
  • Après 5 min, abaisser la température à 200° et laisser encore cuire pendant 30 min.
  • Sortir du four, écouter chanter et déguster encore tiède !

Un petit tour sur le Yeaspotting ? C’est par ici !

Bonnes vacances et à bientôt !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

A cup of tea ? …. so british !

Thème British pour le D13.

Voilà qui ne m’inspire pas du tout.

Trop à la bourre pour être So scottish et sortir un petit jacquard de ma poche. Pas assez So Irish pour utiliser un vert Saint Patrick. Et pas fan de l’Union Jack à ce point pour entamer un gilet de Tricoteuse d’Islande.
Peut-être un petit cache-col pour mon Tea Pot ? …. or not .. ou une jupette à carreaux ? …. j’aime pô les carreaux moi …
Et puis tout compte fait, toutes ces dames auront peut-être une petite faim à 17h.

Soyons So British jusqu’au bout isn’t it ?

A cup of tea my dear … with some little scones ?

Ingrédients

  • 650 g de farine blanche de grand épeautre
  • 225 g de beurre froid
  • 13 g de sel
  • 1 paquet de baking powder
  • 100 g de sucre
  • 200 g de crème fraiche épaisse
  • environ 250 ml de lait

Préparation

  • Couper le beurre en gros dés et le remettre au frigo pour qu’il durcisse
  • Mettre dans le bol le sucre, la farine, la levure chimique et le sel. Y ajouter le beurre très froid. Mixer avec le batteur plat pendant quelques minutes. Le beurre doit commencer à s’incorporer dans l’appareil mais il doit rester des morceaux de beurre de la taille d’une noisette.
  • Ajouter ensuite la crème, mixer de nouveau pendant quelques secondes.
  • Ajouter en dernier le lait par petites touches jusqu’à ce que la pâte soit légèrement humide et grumeleuse (toute la farine doit être incorporée mais l’appareil doit être encore légèrement friable sous la main, ni trop sec ni trop humide).
  • Verser le pâton sur le plan de travail fariné, la passer au rouleau de manière à former un rectangle de 2 cm d’épaisseur.
  • Donner trois tours à la pâte (pour savoir comment faire des tours, cliquez ici)
  • Emballer la pâte dans du papier film et la placer au frigo pendant au moins 30 minutes.
  • Préchauffer le four à 200°C.
  • Sortir la pâte du frigo, l’étaler de nouveau sur le plan de travail en un rectangle de 2 cm d’épaisseur.
  • Couper la ensuite en deux dans le sens de la hauteur et puis chaque morceau en 3.
  • Diviser ensuite ces rectangles en triangle.
  • Les placer sur une plaque en silicone ou sur du papier sulfurisé. Il sera peut-être nécessaire à ce moment de remettre la pâte au frigo si elle s’est un peu trop amollie.
  • Enfourner pour environ 25 min (les scones doivent être dorés mais toujours un peu tendres au centre).
  • Les sortir du four et les déguster encore tièdes.

Venez, je m’occupe des petits gâteaux pendant que vous papotez couture et tricot.

Another cup of tea, Dear ?
Ou une petite sniffette à la Madelinetosh peut-être ?

Design en cours – sortie bientôt

Rendez-vous sur Hellocoton !

Y a des jours comme ça …

Y a des jours comme ça …


Où la tête ailleurs, je ne pense pas à préparer une poolish le soir

Où la tête encore dans le coussin, j’oublie de préparer le pain

Où la tête dans le guidon, plein de choses me passent à 100000 lieues au dessus de la tête.

Où à la mine réjouie de ma voisine, je m’arrête pour papoter et je ne vois pas l’heure filer.
Des jours où franchement, j’aimerais habiter en pleine ville pour pouvoir acheter en vitesse un sandwich pour nourrir les monstres affamés le midi.

 

Zut alors, j’ai encore oublié de préparer le pain. Zut alors j’ai oublié de faire mes courses … pfff … y a des jours comme ça où je végèterais bien dans mon lit.
En vitesse, qu’est-ce que je peux faire, ça fait des jours que le midi les enfants mangent des crêpes, du cake salé, du potage … des jours que je ne me triture pas les neurones pour faire LE pain du jour.

Monstre affamé en cours de restauration

Et aujourd’hui ce ne sera pas le pain du jour non plus … un pain fait vite vite, encore à moitié chaud à midi (je dirai que ce pain se mange tiède n’est-ce pas, cela ne fera que renforcer son arôme, je me rattrape aux branches comme je peux … Le pire c’est que ce n’est pas faux …).

Et puis y a des jours où c’est vendredi et vive le week-end quoi !

Ingrédients :

  • 200 g de farine grise T 85
  • 250 g de farine complète de petit épeautre
  • 9 g de sel
  • 1 sachet de levure chimique (soit 11g)
  • 1 càc de gingembre en poudre
  • 1 càs de sucre candi
  • 1 càs de mélasse
  • 50 g de beurre
  • 1yaourt
  • 1 oeuf
  • environ 100 ml de lait
  • 1 càc de jus de citron

Préparation

  • Mettre le lait dans un bol et y ajouter le jus de citron
  • Préchauffer le four à 200°c
  • Pendant ce temps, mettre les farines, la levure, le sucre, le gingembre, la mélasse, le sel et le beurre froid coupés en dés dans la cuve du batteur.
  • Battre le mélange jusqu’à ce qu’il soit sableux.
  • Ajouter ensuite l’oeuf battu et le yaourt. Laisser tourner le batteur quelques secondes jusqu’à ce que le mélange soit amalgamé.
  • Verser le lait petit à petit pendant que le batteur tourne. La pâte du pain ne doit pas ressembler à de la pâte à gateau. Elle doit être battue grossièrement mais ne doit pas rester sableuse ni être trop molle.
  • Dès que la pâte est prête, la déposer sur le plan de travail fariné et le façonner en pâton ovale.
  • Mettre le pâton dans un moule rectangulaire ou un moule à cake.
  • Enfourner pendant 10 min à 200°c, baisser ensuite le four à 175° et laisser cuire pendant environ 40 min.

Ce pain se mange tiède, avec du beurre, du golden lyle syrup ou avec un fromage type roquefort ou stilton

Recette irlandaise adaptée du Grand Livre du Pain de Linda Collister

nouveau design en cours et bientôt disponible

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une vraie brioche pour la fête des papas

Ce matin c’était la fête des papas. Et pour cela je voulais faire un petit déjeuner spécial pour l’Homme.

Et comme Afo m’avait parlé de sa recette de brioche et qu’elle en était particulièrement contente, j’avais la recette parfaite pour ce dimanche.

Bon évidemment, j’y suis allée de mes adaptations car j’ai utilisé de la fleur d’épeautre et non de la farine blanche classique. J’ai adapté le taux d’hydratation. Et j’ai diminué un peu la quantité de beurre.

Et c’est une réussite.

Ingrédients

  • 675 g de farine “fleur d’épeautre” (que vous pouvez remplacer par de la fleur de farine de froment, de la farine à pâtisserie ou de la farine de gruau)
  • 22 g de levure fraîche (ou la moitié d’un cube de levure fraîche)
  • 175 g de beurre non salé
  • 5 oeufs + 1 oeuf pour dorer
  • 110 ml de lait (ce qui en tout donne 410 ml de liquide avec les oeufs)
  • 13 g de sel
  • 80 g de sucre de canne

Préparation

  • Quelques heures avant la préparation de la brioche, mélanger 20 g de sucre, la levure, 100 g de farine et 100 g de lait à température ambiante et laisser doubler voire tripler de volume. (c’est ce que l’on appelle un levain-levure ou “sponge” en anglais même si ça n’a rien à voir avec un levain).
  • Dès que le levain levure a atteint sa maturité, le mélanger avec le reste des ingrédients dans la cuve de la MAP ou dans la cuve du robot.
  • Faire tourner le tout à vitesse 1 pendant environ 6 min et ensuite à vitesse 2 pendant 6 min (ceci au Kitchen Aid, sinon laissez tourner la MAP pendant environ 12 min).
  • Ajouter ensuite le beurre froid et coupé en petits dés et prolonger le pétrissage jusqu’à ce qu’il soit totalement incorporé à la pâte (ce qui peut prendre environ 10 min).
  • Dès que le beurre est incorporé, laisser la pâte reposer pendant environ 45 min.
  • Ensuite, déposer le pâton sur le plan de travail bien fariné, la pâte sera alors très collante et difficilement façonnable.
  • Etirer la pâte en y incorporant un peu de farine. Faire un tour. Etirer de nouveau et faites de nouveau un tour (comme pour le feuilletage) Dès qu’elle commencera à avoir un peu de tenue, couper le pâton en 3. Attention, il est important de ne pas ajouter trop de farine pour ne pas vous retrouver avec un pâton sec et difficile à travailler.
  • Bouler les trois pâtons et les mettre l’un à côté de l’autre dans un moule rectangulaire (il faut bien serrer les pâtons ensemble).
  • Laisser quasi doubler de volume (environ 1h30). Et ensuite mettre au frigo pour la nuit (n’oubliez pas de couvrir votre pâton pour qu’il ne croûte pas).
  • Le lendemain, sortir la brioche au moins deux heures (si pas trois) avant cuisson pour qu’elle prenne la température de la pièce et qu’elle continue à monter.
  • Dorer la brioche avec de l’oeuf battu mélangé avec un peu de lait.
  • Préchauffer le four à 200°c et enfourner pour 10 min. Diminuer ensuite la température à 175° et laisser cuire pendant encore environ 20 à 30 min. Si nécessaire, couvrir la brioche avec du papier alu pour qu’elle ne colore pas trop.

 

Et léchez-vous les babines !

Pour le Yeastspotting de cette semaine !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Brioche du dimanche matin (et nous sommes jeudi)

Quand je dis que j’ai du retard …. je prends des photos, j’élabore des recettes et je ne poste pas, shame on me ! Nous voilà jeudi et je n’ai pas encore posté la recette prévue pour dimanche.

Donc recette du dimanche qui est postée un jeudi (vaut mieux tard que jamais n’est-ce pas !)

Le dimanche matin, nous essayons de nous attabler tous tranquillement devant le petit déjeuner pour profiter d’un moment ensemble où les enfants sont calmes (pas encore assez réveillés certainement).

Et pour changer un peu de la routine (quoi que ma grande, elle aime la routine et c’est difficile pour elle de concevoir qu’un petit déjeuner ce ne sont pas que des céréales), j’ai déjà tenté les pancakes, le cougnou, le porridge (un gros beeeuuurrkkk de la part des deux grands) et cette fois-ci une brioche, recette maison. Pour donner un petit goût inhabituel, j’ai ajouté du jus de riz au coco (jus dont ma mini est fan depuis qu’elle a eu une grosse gastro entérite et que j’ai provisoirement évincé le lait animal) et du Golden Lyle Sirup, ça fait vraiment un mélange étonnant et agréable tout en ayant une brioche qui n’est pas une bombe calorique à chaque bouchée (bon cela reste quand même une brioche, ne vous faites pas d’illusion !)

Ingrédients

  • 500 g de farine de froment blanc
  • 15 g de levure bruggeman
  • 100 g de beurre non salé
  • 2 oeufs
  • le nombre de ml nécessaire de jus de riz au coco pour obtenir 340 ml de liquide (si vous n’avez pas de jus de riz, je pense que vous pouvez tout à fait intégrer du lait de coco spécial cuisine dans le pain tout en gardant à l’esprit qu’il sera plus épais et donc il sera nécessaire de le couper avec un peu d’eau ou de lait).
  • 10 g de sel
  • 80 g de Golden Lyle Sirup (ce qui fait 3 grosses càs)

Préparation

  • Préparer une “poolish” même si ici il ne s’agit pas réellement d’une poolish, cela s’appelle a “sponge” en anglais, mélange de levure, liquide et farine qui permet de développer les arômes tout en n’attendant pas plusieurs heures pour confectionner le pain.
  • Dans cette poolish, incorporer la levure, 200 ml de jus de riz (surtout pas les oeufs) et 150 g de farine, laisser monter le tout au moins une heure.
  • Dès que le mélange bullera bien, le mettre dans la cuve de la MAP, y ajouter le reste des ingrédients SAUF le beurre et faire tourner la MAP pendant au moins 10 min.
  • Ajouter ensuite le beurre pommade au mélange et faire tourner de nouveau pendant au moins 5 min que le beurre soit totalement incorporé à la pâte (je précise toujours d’incorporer le beurre APRES le premier frasage car cela rend la mie bien plus moelleuse à mon goût, et il est important de ne surtout pas laisser la cuve de la MAP chauffer !)
  • Laisser reposer pendant environ 45 min.
  • Mettre le pâton sur le plan de travail fariné et façonner selon envie, ici, je l’ai façonnée tout simplement en gros viennois.
  • Laisser monter pendant au moins 2h.
  • Enfourner à four chaud (200°c), laisser cuire pendant 10 min et ensuite baisser la température à 175° pendant 25 min (couvrez la brioche si nécessaire pour que la croûte ne brûle pas surtout si vous avez glacé le tout à l’oeuf).

Et ensuite dégustez chaud, tiède ou froid !

C’est encore meilleur avec des fraises !

Recette au Yeastspotting

Rendez-vous sur Hellocoton !

La naissance d’un levain naturel

Alors s’il y a bien quelquechose que je n’aime pas, c’est l’acidité de certains pains au levain. Et j’avais “jamais” de pain au levain.

Cependant, faut pas trop me titiller avec les expériences pour que j’ai envie de m’y mettre moi aussi.

Donc là  je passe outre de ma décision de ne pas faire de pain au levain pour tenter quand même.

Après plusieurs jours de tatônnement je peux enfin vous rendre compte de mon procédé, de ce que ça donne, de ce qui pourrait être déterminant pour une belle mie ou pas.

Ce n’est que de l’empirisme évidemment car je suis tout sauf boulanger (et peut-être qu’en racontant ça, je vais faire dresser les cheveux sur la tête des professionnels :lol: )

Je vous avais parlé de mes dernières acquisitions en livres de boulange dont notamment la Bread Bible de Rose Levy Beranbaum. Je suis partie de sa façon de faire le levain pour évidemment l’adapter à ma sauce.

J’arrête d’écrire et d’écrire pour ne rien dire et je viens au coeur du sujet.

J1

Mélanger 120 g de farine complète et 120 g d’eau

Il est important que la farine soit COMPLETE pour le lancement du levain. Ici j’ai choisi une farine complète de petit épeautre, je n’aime pas trop le seigle. Le bol doit être très propre ainsi que les ustensiles et il est plutôt conseillé de ne pas utiliser de métal pour mélanger ou pour conserver le levain. J’ai donc utilisé un bol à conservation en enlevant le joint en caoutchouc et une cuillère en bois.

Les premiers jours, vous n’enlevez pas ce joint, vous le laissez en place et vous fermez le bocal (ou si vous n’avez pas ce genre de pot vous couvrez avec un film plastique).

J2

Normalement le levain ne bouge pas, il n’y a pas forcément d’activité mais ça dépend de la température de la pièce dans laquelle vous stockez votre levain. Moi, le levain a montré un signe d’activité dès J2

J3

Le levain commence à buller. A ce moment, vous commencez les premiers rafraîchis.

Vous enlevez alors 60 g de farine et 60 g d’eau (donc vous retirez 120 g de levain) pour que le levain reste à un poids de 240g (pour ne pas vous retrouver avec une quantité de levain impressionnante de levain à la fin du processus). Cette partie enlevée peut faire partie d’une fournée, ça n’apportera rien à ce stade, juste de l’eau et de la farine.

Et vous rafraîchissez en ajoutant 60g de farine grise (l’équivalent d’une T65 ou T85, la farine n’est pas vraiment blanche, elle est grisée avec quelques petits résidus de grains mais de toute toute petite taille, il faut regarder la farine de près pour les discerner) et 60 g d’eau.
Mélangez bien le tout et refermer le pot (toujours en couvrant bien : soit en laissant le joint du pot, soit en couvrant avec un film plastique).

J4

A ce stade, vous constatez un début d’activité et une odeur de citron.
Vous procédez comme le jour précédent, en enlevant 120 g du levain et en ajoutant 60 g de farine grise et 60 g d’eau.

Vous n’êtes plus obligé de couvrir hermétiquement le levain car du gaz commence à s’en dégager (il faut cependant couvrir pour éviter la contamination, moi j’enlève le joint et je ferme le bocal en posant simplement le couvercle par dessus).

J5

Ici vous pouvez avoir un levain prêt à être utilisé. Il doit avoir au moins augmenté  d’1x de volume si pas plus.
Si ce n’est pas le cas, vous répétez le processus comme la veille.

Chez moi le levain s’est montré paresseux à J5, il ne bullait plus qu’à peine. Je l’ai donc nourri et je lui ai ajouté 1/2 càc de miel pour renforcer l’activité.

Vous avez à ce stade toujours 240 g de levain actif.
Si à ce moment-là, vous avez besoin de quantité plus importante de levain pour faire un pain, vous pouvez augmenter les quantités de farine et d’eau que vous lui donnez sans prélever de levain (attention à la capacité du bol !!!! Il peut déborder !).

Dans les premières semaines, vous n’aurez pas un levain vraiment mature, il est donc important de laisser suffisamment de levain mère pour réensemencer la farine et l’eau que vous ajoutez lors du rafraîchi.

Ce que j’ai constaté :

- un levain trop nourri est un levain paresseux donc il n’est pas nécessaire de le nourrir très précisément à heure fixe. Il faut être attentif à son activité

- un levain qui a faim est un levain qui a un peu d’eau en surface, là il est largement temps de nourrir votre levain.

Levain bien actif avant de prélever le levain pour la fournée

Que faire pour le conserver ?

Suite aux conseils d’une amie, je ne conserve pas mon levain au frigo, je boulange tous les jours donc mon levain est nourri tous les jours donc il ne reste pas longtemps sans être utilisé.
Par contre si vous devez le laisser plus longtemps sans être nourri, Rosy Levy Beranbaum conseille de le nourrir comme ceci :

S’il doit rester environ 3 jours sans être utilisé, nourrir le levain, le laisser monter jusqu’à ce qu’il augmente 1x et 1/4 de son volume et ensuite le mettre au frigo

S’il soit n’être utilisé qu’une fois par semaine, nourrir le levain, le laisser monter juste un peu et puis le réfrigérer.

Et s’il doit dormir pendant plus d’une semaine (pour un départ en vacances), elle conseille de le transformer en une pâte fermentée (Rose préfère utiliser un levain solide et non un levain liquide, c’est une question de goût. Pour le moment je n’ai utilisé que le levain liquide, c’est ce qui me semble être le plus facile à utiliser).
Pour le transformer en levain solide, ajoutez tout simplement 120 g de farine au levain (s’il pèse 240g, plus évidemment si votre levain est plus lourd).

 

Pour réactiver votre levain pour une fournée, il est important de le sortir plusieurs heures à l’avance voire un jour et de le rafraîchir.

S’il a été stocké en levain solide, vouz pouvez soit le transformer de nouveau en levain liquide soit l’utiliser tel quel (pour le transformer en levain liquide, il suffit alors d’ajouter la quantité d’eau correspondant à la quantité de farine que vous avez ajouté pour le transformer en levain solide).

Et voici la première recette de pain réussie faite avec le levain :

Ingrédients :

Pour le levain fille :

  • 280 g de levain
  • 140 g de farine de froment grise
  • 140 g d’eau
  • 2 càc de sucre

Pour le pain

  • 420 g de farine de froment grise
  • 175 ml d’eau
  • 15 g de sel

Préparation

La veille au soir

  • Prélever 280 g de levain du levain mère.
  • Rafraîchir le levain mère en lui ajoutant de la farine et de l’eau (attention il doit vous rester au moins la moitié du levain dans les premières semaines).
  • Au levain prélevé, ajouter 140 g de farine, 140 g d’eau et le sucre.
  • Oxygéner bien le tout en mélangeant énergiquement avec une cuillère en bois.
  • Mettre le tout dans un bol en verre, couvrir et laisser monter au moins 10h.

Le lendemain

  • Mettre la pâte obtenue (qui aura au moins doublé de volume) dans la cuve de la MAP.
  • Ajouter la farine, l’eau et le sel.
  • Faire tourner la MAP pendant 15 min pour obtenir une boule de pâte élastique et collante.
  • Laisser reposer environ 1h.
  • Sortir la boule de la cuve et la poser sur le plan de travail fariné (à ce stade, votre pâte sera élastique, très humide et collera aux doigts).
  • Etirer la pâte plusieurs fois et ensuite la bouler. Il est important de ne pas trop fariner la pâte pour laisser un taux d’hydratation à la pâte suffisant pour le développement d’une mie aérée.
  • Mettre le pâton, clef sur le DESSUS, dans un bol (assez grand) recouvert d’un torchon imbibé d’huile et ensuite fariné (attention si vous n’imbibez pas votre torchon d’huile, l’eau dans la pâte se diffusera dans le torchon et votre pâton collera au torchon … et après, c’est la catastrophe à décoller ! Expérience vécue ! … vous pouvez aussi utiliser les toiles préconisées chez les boulangers pros, qui elles n’ont pas besoin d’être huilées).
  • Laisser au moins doubler de volume pendant plusieurs heures (ça peut prendre au moins 6h en fonction du taux d’hydratation) et huiler légèrement le pâton pour ne pas que la pâte croûte
  • Préchauffer le four à 200°c.
  • Mettre le pâton sur la plaque à pâtisserie, faire des grignes et enfourner en donnant un coup de buée à l’entrée du four.
  • Laisser cuire environ 35 min (le pain doit sonner creux à la sortie du four et va chanter).
  • Laisser refroidir sur une grille.

Je vous mets une photo de la mie obtenue avec ce taux d’hydratation : le taux ici est de 65%. Plus le taux d’hydratation est élevé, plus la mie sera irrégulière et plus les trous seront grands mais plus le pâton sera difficile à travailler (ce qui est le cas de la ciabatta par exemple).

Et question goût : aucune acidité … il est vraiment difficile de dire que c’est un pain au levain sauf par la mie et la texture du pain (et un très léger arrière goût de levain).

 

Et un petit tour sur le Yeastspotting, ça vous dit ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Thanksgiving celebration bread ou comment appeler le froid et la pluie

Je suis fada hein ? Complètement fada … ben oui quoi, il fait un temps très chaud, ensoleillé et sec depuis des jours en Belgique. Et voilà que j’appelle le froid et la pluie. Fada je vous dis (oui j’adopte même le langage du Sud ….)

C’est préventif voyez-vous car soleil maintenant, ça va être juillet et août bien pluvieux … à la limite août, je m’en fiche car je vais dans le Sud justement mais juillet, pas envie de me retrouver avec des monstres enragés dans la maison pendant un mois alors ça m’arrangerait bien moi qu’il pleuve pendant qu’ils sont à l’école.

Donc voilà un pain pour appeler la pluie.

Vous y avez cru ?

Ben non, c’est un pain que je fais en hommage aux échanges avec ma copine Agnès, parce que je suis impardonnable de ne pas avoir fait de photo des magnifiques cubes en bois qu’elle a réalisé pour ma minipuce et que ce sera une photo de pain avec les cranberries qu’elle m’a envoyé direct des US (parce que je n’arrive pas à mettre la main sur ce bloc avec cette satanée tête de girafe )

Cette recette est inspirée du livre The Bread Baker’s Apprentice et modifiée (parce que oui, ma copine Agnès ne m’a pas envoyé 300 g ou à peu près de cranberries comme préconisé dans la recette)

Ingrédients

  • 600 g de farine d’épeautre blanche
  • 60 g de sucre de canne
  • 12 g de sel
  • 15 g de levure fraîche Bruggeman
  • 2 oeufs + 1 oeuf pour la dorure
  • 50 ml d’eau
  • du lait (la quantité nécessaire pour faire 360 ml avec les oeufs et l’eau)
  • 1/2 càc d’extrait de jus de citron
  • 150 g de cerneaux de noix
  • 25 g de cranberries grossièrement hâchées (Craisins® Original Dried Cranberries d’Ocean Spray) … et franchement vous pouvez en mettre largement plus si vous avez la chance d’en trouver
  • 50 g de beurre non salé

Préparation

  • Mettre tous les ingrédients dans la cuve de la MAP  sauf les cerneaux de noix, les cranberries et le beurre (n’oubliez pas de bien émietter la levure ou de la diluer dans un peu de liquide)
  • Laisser tourner pendant environ 5 minutes, le temps que la pâte soit bien amalgamée
  • Ajouter ensuite peu à peu les cerneaux de noix, les cranberries et terminer par le beurre.
  • Laisser encore tourner la MAP pendant 10 min.
  • Eteindre la MAP et laisser reposer pendant environ 1h.
  • Sortir la pâte de la cuve et la poser sur un plan de travail fariné
  • Couper la pâte en deux pâtons, les bouler et les laisser se détendre pendant environ 20 min.
  • Ensuite, façonner un pâton en forme de baguette et l’enrouler en forme d’escargot. Le déposer sur la plaque à pâtisserie.
  • Diviser l’autre pâton en 8 petits pâtons égaux. Bouler les pâtons sans trop les fariner (ils doivent encore être collants pour adhérer au premier pâton).
  • Disposer les pâtons autour du gros pâtons à distance égale et laisser monter le pain pendant environ 1h30.
  • Préchauffer le four à 200°c et dorer le pain avec l’oeuf légèrement battu.
  • Enfourner pendant 35 min, en descendant la température du four à 150°c à 15 min de cuisson (si besoin est, couvrez le pain pour qu’il ne brûle pas).

Bon appétit !

(et un Yeaspotting de plus cette semaine et une petite participation à la Cupcake Apothecary dont le thème est le pain cette semaine)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petit moulin à l’avoine

Comme vous le savez, dès que je fais une recette de pain (du moins si je suis dans les temps), je poste ma recette sur le Yeaspotting.

Susan n’est pas que responsable du Yeastpotting, elle a aussi un magnifique blog dédié au pain. Et il y a quelques jours, elle a mis en photo un tutorial pour faire des Pinwheels. Et hop dans ma “to do” list.

Le voici, ce fameux Pinwheel que j’ai traduit par petit moulin (et non par moulinet car c’est moins joli).

La recette du pain en lui-même est de moi, par contre vous pouvez trouver le façonnage ici : Pinwheel (y a du boulot, les siens sont vachement plus sexy que les miens).

Ingrédients

  • 550 g de farine de froment blanche
  • 150 g de farine d’épeautre blanche
  • 40 g de miel toutes fleurs
  • 100 g de beurre
  • 14 g de levure fraîche
  • 12.5 g de sel
  • 40 g de flocons d’avoine
  • 420 ml de jus d’avoine (et non pas “lait” … comprenne qui pourra :lol: )

Préparation

  • Mettre tous les ingrédients sauf le beurre dans la cuve de la MAP.
  • Programmer la MAP sur le programme Pizza (ou dough) et laisser tourner pendant environ 10 minutes.
  • Ajouter le beurre en petits morceaux et laisser de nouveau tourner pendant environ 5 minutes.
  • Eteindre la MAP (c’est primordial pour que la cuve ne chauffe pas et que le beurre ne fonde pas).
  • Laisser reposer pendant 30 min.
  • Mettre le pâton sur le plan de travail bien fariné et façonner le pain comme chez Susan.
  • Le disposer sur une plaque à pâtisserie et laisser monter environ 1h30.
  • Préchauffer le four à 200°c
  • Fariner le pain et l’enfourner.
  • Donner un coup de buée à l’entrée du four et laisser cuire pendant environ 35 min.
  • Le pain est cuit lorsqu’il sonne creux à la base du pain.

Bon appétit !

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Focaccia au basilic et au romarin

Décidemment, cette semaine, je n’aurai eu le temps de rien.

Pas de couture sauf une petite bidouille pour la petite copine de mon fils, pas de recette bien compliquée juste un bavarois pour l’anniversaire de zhom dont je n’ai même pas posté la recette et je fais du surplace au tricot et au crochet.

Va falloir que je me reprenne (croisez les doigts pour moi, ma mini a une gastro depuis samedi et elle ne va pas mieux …. et le pire c’est que ça va faire le tour de la famille).

Allez, une recette de pain pour commencer la semaine.

Ingrédients

  • 700 g de farine de froment blanche
  • 12 g de levure fraîche
  • 15 g de sel
  • 60 ml d’huile d’olive
  • 450 ml d’eau
  • une vingtaine de feuilles de basilic et du romarin (séché ou frais) pour la déco
  • Gros sel

Préparation

  • Mettre tous les ingrédients dans la cuve du Kitchen Aid.
  • Mélanger la pâte avec le batteur plat jusqu’à ce que les ingrédients soient amalgamés et ce à vitesse 1
  • Ensuite, remplacer le batteur plat par le crochet et augmenter la vitesse du Kitchen Aid à 2 et laisser tourner pendant environ 8 min.
  • A ce stade, la pâte est élastique et très collante. La laisser reposer pendant environ 45 min.
  • Après repos la poser sur le plan de travail bien fariné et la bouler.

  • Ciseler le basilic frais (vous pouvez utiliser les herbes que vous désirez, du moment qu’elles soient fraîches)
  • Procéder comme suit en image pour façonner le pain.

  • Laisser monter pendant environ 1h45.
  • Avant d’enfourner, huiler la focaccia avec de l’huile d’olive et saupoudrer avec du romarin et du gros sel.
  • Enfourner ensuite à four très chaud (220°c) pendant 30 min pour une grosse focaccia (moins si vous avez fait des parts plus petites) tout en donnant un coup de buée à l’entrée du four.
  • Sortir du four et laisser refroidir sur une grille.

Bon appétit !

Ce post sera yeastspotté !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Petites miches à la ricotta

Vous le savez maintenant, une de mes grandes passions, c’est la boulange.

Je fais ça depuis que je suis toute petite. J’ai des souvenirs de moi me mettant sur la pointe des pieds pour voir ce que mijotait ma grand-mère sur la table de la cuisine.

J’ai des souvenirs de pâte à tarte triturée pendant des heures, ensuite étalée dans un petit moule à tarte, garnie avec amour et cuite dans le four.

J’ai des souvenirs d’un grand-père, perdu au fin fond de son potager, qui se régalait (en grimaçant à couvert), d’une tarte trop sèche, dure comme de la pierre pour faire plaisir à sa petite fille.

C’est probablement tout cela qui m’a donné l’amour de la cuisine, probablement cela qui m’a d’autant plus donné l’amour de la boulange : le plaisir tout enfant de mettre les mains dans la farine, de voir avec des yeux émerveillés la levure buller et le pain se façonner.

Il m’a fallu du temps pour me rendre compte que la boulange faisait partie de moi. Que j’aimais ça avec passion.

Plus jamais, je ne franchis maintenant la porte d’une boulangerie (une vraie boulangerie) sans penser au plaisir que procure le fait de faire son pain, de pétrir et de façonner.

Plus jamais, je ne passe à côté d’un livre de boulange sans y jeter un coup d’oeil, sans imaginer l’odeur que tel pain pourrait avoir à la sortie du four.

Et celui-ci, dont je vous avais parlé ici, je l’ai attendu car je sais que c’est un des livres sur le pain que je voulais posséder.

Le voici, il est là, il est sur mon plan de travail, il n’attend plus qu’une chose, être ouvert, réouvert, écorné, respiré, pensé et adapté.

Première adaptation d’une première recette

Ingrédients :

  • 700 g de farine de froment blanche
  • 20 de levure fraîche
  • 250 g de ricotta
  • 280 ml de liquide (l’oeuf + l’eau)
  • 1 oeuf
  • 65 g de sucre
  • 100 g de beurre
  • 14 g de sel

Préparation

  • Diluer la levure dans 100 ml d’eau avec un peu de sucre et laisser buller pendant 15 min.
  • Ensuite mettre tous les ingrédients dans le bol du batteur sauf le beurre et laisser tourner le batteur pendant 6 min à vitesse 1.
  • Ajouter ensuite le beurre et laisser tourner le batteur à vitesse 2 pendant 8 minutes, le beurre devant être totalement incorporé et la pâte souple et élastique tout en étant un peu collante.
  • Laisser reposer la pâte pendant 30 min (vous pouvez à ce stade mettre la pâte au frigo pendant plusieurs heures, voire une nuit ou même 24h pour que le pain soit encore plus aéré et plus savoureux, en veillant toutefois à ce que la pâte soit huilée et couverte d’un film plastique).
  • Mettre ensuite la pâte sur le plan de travail et la diviser en 16 pâtons égaux.
  • Façonner les pâtons en boule et les disposer sur une plaque à patisserie.
  • Laisser monter le tout pendant environ 2h en les couvrant avec un linge humide.
  • Préchauffer le four à 200°c.
  • Glacer les petits pains avec de l’eau et faire des grignes en forme de croix.
  • Enfourner et laisser cuire pendant 25 min.

Les petits pains se mangent tièdes ou froids.

Bon appétit
Ce post fera partie du Yeastspotting hebdomadaire

Rendez-vous sur Hellocoton !