Petipli tout doux

Parfois quand la fatigue se fait ressentir, que l’énergie n’y est plus, que l’on a envie d’aligner les rangs sans trop réfléchir mais aussi sans s’ennuyer ou alors quand rien ne va plus et que l’on passe son temps à défaire et encore défaire, un petit patron tout simple, très tricot égoïste et rapide permet de se remettre d’aplomb.
C’est ainsi que j’ai testé pour Mam’zelle Flo un patron de mitaines simples alors que j’étais dans la tourmente des rdv, des déplacements professionnels.

Et ça fait du bien de se faire plaisir …. un patron simple et une laine de luxe pour me garder les mains au chaud.

petitpli_3 petitpli_2Petipli de Mam’zelle Flo
En 100% vison, excusez du peu (je n’ai tué aucun animal dans l’histoire …. :o …. le vison à tricoter n’a rien à voir avec le vison qui sert à faire les fourrures. C’est la même bête mais les conditions ne sont pas les mêmes).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Pandamonium

C’est l’histoire d’un pull qui a été vu par ma grande fille.
L’histoire d’un pull pour adulte, pull déjanté comme peut le faire Stephen West.

J’avais la laine, j’ai acheté le patron, j’avais des fonds de pelotes dans le tiroir …. il n’y avait plus qu’à ….. adapter le tout.

Voici le résultat (tuto pour adapter le patron ci-dessous)

Pandamonium Pandamonium Pandamonium Pandamonium Pandamonium

PandamoniumPandamonium de Stephen West

Attention les indications ci-dessous nécessitent le patron adulte, il ne s’agit pas d’un patron en lui même, simplement les indications à suivre. Le patron est en anglais et est disponible sur Ravelry (voir petite boîte ci dessus qui vous mènera directement au patron).
Echantillon : 22 m. / 26 rgs (la laine prévue dans le patron adulte est une laine aran)
Je suis donc partie sur la taille S adulte pour obtenir une taille 8-10 ans (ma fille a un tour de poitrine de 65 cm et porte en général du 9 ans du commerce, parfois du 10, parfois du 8).

Monter les mailles de la taille S

Tricoter 12 cm au lieu de 15

Arms increases :

Ajouter 4 rgs (pour obtenir 38 m.)

Suivre la taille M jusqu’à l’encolure

Neck shaping (devant)

Répéter les rgs 3-4 7 fois encores et tricoter 16 rgs en jersey

Neck shaping (dos)

Répéter les rgs 3-4 2 fois encore et tricoter 30 rgs en jersey

Suivre la taille M jusqu’à la mise en forme de l’aisselle

Finir avec 26 m. (taille S)

Sleeves :

Pour les manches : relever et tricoter toutes les mailles.
Travailler 12 rgs à l’envers.
Plier les poignets sur les manches et les coudre.

Neck band :

Parce que c’était vraiment large, j’ai relevé les mailles autour de l’encolure avec des aiguilles 3.5, travaillé 4 rgs à l’envers et rabattu en I Cord

 

Bon amusement !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je suis atteinte de Lopapeyite … suite

Je vous disais hier que j’étais atteinte de Lopapeyite …

Et mes enfants ne font pas pour que ça se soigne.

Car bien entendu, dès que j’ai eu tricoté un Lopi pour mon grand, que ma grande ait eu un simili Lopi (pas en Lopi, le Little Vedur de la collection Colors of Iceland), la mini a voulu le sien …. pas en Lopi.

Son dévolu s’est jeté sur l’Atlas de la collection Brooklyn Tweed Kids … le même dont elle n’avait même pas voulu entendre parler il y a quelques mois, celui qu’elle a dédaigné au profit d’un Bérénice.

Pour celui-ci, j’ai plongé dans mon stock, ai retrouvé de la Coast de Holstgarn déjà utilisée pour ce Bérénice, en plusieurs couleurs. Le choix a donc été vite fait …

Voici le résultat :

atlas_mini_2 atlas_mini_1 atlas_miniatlas_mini_3Comme tous les autres Lopapeysa que j’ai fait jusqu’à présent (du moins les gilets), il faut faire des steeks …. mais une fois le baptême du feu fait, c’est un vrai plaisir de couper dans un tricot ….

Je pense que c’est la seule difficulté technique de ce tricot. Un peu de jacquard à deux couleurs (de temps en temps trois) mais rien d’ingérable, un peu de rangs raccourcis pour donner de la profondeur à l’encolure et c’est tout.

Et maintenant il ne reste plus que moi …. moi aussi je veux mon Lopapeysa !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Je suis atteinte de Lopapeyite …

Oui c’est ma nouvelle maladie ….

Le Lopapeysa ou le pull islandais qui est plus communément appelé Lopi. Lopi qui en fait est la laine qui est utilisée pour faire les Lopapeysa.

Cette fois-ci, je me suis attaquée au pull homme …. pas une mince affaire allez vous me dire. Eh bien tout compte fait, ce n’est pas si pénible vu que j’ai tricoté en 5,5 et 6 mm, ça ne m’a donc pas pris beaucoup plus de temps que le mini Lopi (pas en Lopi) de ma mini puce (post à venir).

En discutant avec Christine, nous en sommes arrivées à la conclusion qu’il fallait plutôt faire ce pull dans les règles de l’art : donc en Plötulopi, une laine mèche qui casse dès que l’on tire dessus.

Zut moi qui ne tricote pas spécialement zen, qu’est-ce que ça va donner ? Eh bien tout compte fait, après le montage un peu laborieux, ça s’est avéré bien plus simple qu’il n’y paraît …

Il a fallu que je recalcule le nombre de mailles à monter, les manches, le placement de l’empiècement mais rien de bien compliqué dès que l’on est capable de faire une règle de 3.

Voici le résultat :

fugl_cardigan_fb fugl_cardigan_3_fb fugl_cardigan_2_fb fugl_cardigan_1_fbFugl de Védís Jónsdóttir

Il s’agit d’un patron du catalogue Istex Lopi n°25 mais vous pouvez le trouver en français chez Triscote (lien plus haut).

(vous remarquerez l’effort …. il a fallu que nous allions en Islande deux fois pour que mon mari veuille SON Lopapeysa …. lui qui ne porte que du merinos ou du cachemire …. petite nature inside ….)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Patience ….

La semaine prochaine sera la semaine de la déferlante des patrons ….

Ce mardi, il y aura celui-ci :

sortie_purple_laine_teasingPrévoyez des aiguilles en suffisance !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Lotta’s Lilac Shawl ou le plaisir d’offrir

Tout comme il y a deux ans, j’ai participé au Swap anniversaire Tricot and Co.
J’ai hésité longtemps avant de me dire que je participerais car comme vous avez pu le voir récemment, j’ai eu (et j’ai toujours) un agenda assez serré.

lotte_lilac_sabine_1

Néanmoins, j’ai décidé cette fois de me laisser tenter. Et quelle joie de constater que celle que j’allais swapper était elle.

C’est là que le stress vous prend. Car même si c’est un sérieux avantage de connaître son univers, il n’empêche que c’est aussi stressant de faire un cadeau pour quelqu’un avec lequel on a déjà échangé de nombreuses fois.

La pièce, c’était facile, je savais que j’allais faire un châle.
La couleur ? quelle question !! Car nous avons beaucoup de goûts en commun donc je pouvais choisir quasi les yeux fermés un écheveau dans mes boîtes à trésor.

Le modèle ? Là, c’est déjà plus difficile …. car je sais qu’elle aime les châles enveloppants mais la consigne, c’était pas plus de 100g de laine. 100g de laine, ça veut dire 400 m de laine fingering. Pas assez pour faire un châle suffisamment enveloppant.

Donc je devais m’orienter vers de la dentelle. Oui mais quel modèle ? Pfff, il y a pléthore de châles en dentelle !!!

Et puis, en cherchant, en musardant, je me suis rappelée d’un châle aérien, tout en légèreté qui pourrait tout à fait convenir à de la mohair et soie qui attendait son heure dans mon stock de laine dentelle.

J’ai pensé d’abord faire une bordure contrastante et tout compte fait, j’ai préféré faire le châle en uni mais en ajoutant quelques perles au moment du rabattage.

lotte_lilac_sabine  lotte_lilac_sabine_2 lotte_lilac_sabine_3J’ai pris beaucoup de plaisir à tricoter ce châle, non seulement parce que je connaissais la destinataire mais aussi parce que malgré son aspect complexe, ce châle est assez simple à faire. Les motifs sont répétitifs sans être ennuyants parce qu’il faut garder une certaine attention lorsque l’on crée les petites feuilles.

Le tout donne un châle tout en finesse pesant seulement 39g.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Cheval de mer

J’aurais pu l’appeler hippocampe mais ça me faisait non.

Car il aurait perdu toute cette dimension mystique qui entoure le nom de Morvar’ch.

Pour la petite histoire, Morvar’ch est le cheval légendaire, selon la légende d’Ys, de Malgven la Reine du Nord. Cheval qui emmena Malgven et son amant, le roi Gradlon sur les flots. Il soufflait des flammes par les naseaux et était noir comme la nuit.

Le mien est bien plus sage. D’un bleu vert profond selon l’exposition à la lumière. Il m’a attiré l’oeil dès que j’ai vu le patron. Je voulais le faire :

Ce patron n’est pas simple : il nécessite de maîtriser les torsades, la construction en rond, les rangs raccourcis. le montage provisoire des mailles.

Il est néanmoins très intéressant à faire : vous commencez par un cercle et terminez par un rectangle en passant par un carré.

Pour être honnête, j’ai été passionnée par le carré central : impossible de décrocher le nez du patron ne fut-ce que pour un rang. Le carré central est complexe, intéressant et motivant. Les rangs raccourcis tout autant.
Par contre, la suite : ce sont des dizaines de rangs en jersey. Et pour quelqu’un qui s’ennuie à faire du jersey, vous imaginez un peu mon désespoir.

Il n’empêche que je suis contente du résultat. Je l’ai terminé à l’arrache, juste avant de participer à un week-end gallo romain (où se trouvaient des troupes de reconstitution historique de Celtes et de Romains). J’ai donc pu parader (façon de dire, j’étais surtout devant mon rouet à pédaler, pédaler, pédaler …) avec ma magnifique étole en chameau.

2 écheveaux de Merino Camel de Dye For Wool

Aiguilles 3,5 mm

Rendez-vous sur Hellocoton !

Berenice

Je suis noyée …. c’est le moins qu’on puisse dire …
Enfin j’étais …. je me réanime juste avant de partir en vacances …

Donc avant de vous montrer la finalisation de la mue, avant de vous montrer les photos de Brighton (oui, j’ai vu Joji, j’ai vu Ysolda, j’ai vu Lete, j’ai même des photos … :o, je partage avec vous les photos du pull exigé par ma mini …. je n’étais pas partie du tout du tout pour faire celui-là. J’avais surtout envie de faire un Lopi … mais bon, la décision a été sans appel. Et au risque de voir l’autre traîner, celui là je sais au moins qu’il sera porté.

Alors que dire du modèle : il s’agit du Berenice de Brooklyn Tweed (peu de choses à dire pour la laine, j’ai utilisé de la Coast en double qui me donnait presque l’échantillon préconisé. C’est une valeur sûre, je l’ai déjà utilisée plus d’une fois pour des vêtements enfants).

Revenons au modèle : il est tricoté à plat, construit du bas vers le haut, corps et manches comprises. Une fois le dos et le devant tricotés et cousus ensemble, il faut reprendre le bas du corps pour faire les côtes, reprendre les manches pour faire les manchettes et reprendre le col pour faire la bande d’encolure.

Ce n’est pas un modèle compliqué mais car oui il y a un mais :

– je ne sais pas pour quelle raison, je n’ai pas pris beaucoup de plaisir à le tricoter. Ce n’est pas une question de laine. Peut être parce que maintenant je privilégie le tricot en rond ?

– le rabattage des mailles préconisé ne collait pas du tout, là c’est probablement une question de laine, j’ai utilisé un fil en double

– j’ai du faire quelques “embellissements” notamment faire une broderie au crochet entre les côtes et le pull en lui-même car relever les mailles telles quel ne donnait pas du tout le même aspect que sur le modèle d’origine

– et enfin, j’ai du modifier la taille. Ma fille porte du 5 ans du commerce (du moins pour le bas), elle est assez fine (elle a un tour de poitrine de 55,5 cm), j’ai donc du prendre un 2 ans et allonger en 4 ans. J’aurais peut être pu faire un peu plus de longueur au niveau du bas du corps mais le modèle d’origine se porte assez court aussi. Pour le reste, ça tombe assez bien.

Donc en clair, voici comment j’aurais procédé si j’avais attendu que d’autres aient essuyé les plâtres et tenté de le modifier :

– j’aurais tricoté en rond, au moins jusqu’aux emmanchures. A voir pour le reste, si ce n’était pas possible de créer des manches en continuant à tricoter en rond (mais pas trop envie de me casser la tête sur un patron qui était sensé être mon tricot détente).

– j’aurais fait un montage provisoire des mailles pour relever les mailles du bas du corps.

– j’aurais peut être un peu allongé le bas du corps.

Ceci dit …. le modèle est tout mignon sur ma mini, j’ai pu déstocker de la laine et je suis certaine qu’il sera porté. Que demande le peuple ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Primrose

Primrose est le nom de la petite soeur de Katniss, héroïne de Hunger Games.
Mais ce n’est pas ça qui m’a attiré l’oeil dans ce patron. Car je suis loin d’être fan d’Hunger Games (et j’assume). C’est plutôt sa ligne toute féminine pour grandes filles en devenir.

J’ai tout de suite vu ma grande fille dedans. J’ai donc cherché le fil pendant un petit temps et puis l’hiver est arrivé et le modèle est passé aux oubliettes.

Le printemps arrivant, j’y ai repensé et j’en ai reparlé à Sabine et nous voilà toutes les deux parties pour un duo. Duo jusqu’au bout des ongles car nos filles ont choisi la même couleur. Il faut croire que 8 ans est l’âge du bleu et plus du rose.

J’ai délibérément fait quelques modifications sur le modèle, mon échantillon ne collant pas à celui qui était préconisé dans le modèle. Le nombre de mailles correspondait mais pas le nombre de rgs.

J’ai donc choisi la taille 9-10 ans, tricoté jusqu’à la hauteur d’emmanchure d’un 6-7 ans et ajouté des mailles en dessous des bras. Par conséquent, je n’ai pas terminé les manches en même temps que l’empiècement du haut comme préconisé dans le modèle. Je les ai terminées à la fin en faisant une série de diminutions pour ajuster le bas de manche.

Le fil étant un mélange de coton et soie de chez Cascade (Pima Silk qui n’est plus commercialisée), la tunique s’est agrandie avec le lavage et comme il ne s’agit pas de laine, je pense qu’elle va rester ainsi. Elle est donc un peu trop grande pour ma fille. Mais les enfants grandissent et elle sera parfaite l’été prochain.
J’ai aussi volontairement  décidé de faire une tunique et non une robe, ma fille étant une grande fan de tuniques. Et sans oublier non plus, qu’ici, il est rare de porter une robe sans leggings ou bas. Donc elle pourra la porter tout l’été et à la rentrée aussi.

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai partagé ce petit moment avec Sabine, j’espère que nous remettrons ça bientôt. Pour de la couture peut être (j’espère).

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

C’est la maille qui crie

Ouh là … le jeu de mot plus que vaseux … vous excuserez la mère à bout de nerfs (examens obligent) qui décompense en pensant au dessin animé qui tourne en boucle par moment et aux réflexions systématiques de la mini lorsque je sors la boîte de Vache qui Rit (que je sors souvent pour le moment vu que je n’ai ni le temps de faire du pain, ni le temps de faire les courses …) : ah c’est la Vache qui Crie (et c’est là que vous entendez le rire gras du grand frère derrière)*

* la Vache qui Crie est une réplique du dessin animé l’Hôtel Transylvanie.

Bref, pourquoi la maille qui crie. Eh bien, parce que je me suis attaquée au steeks, pardi.

Et c’est là que vous me dites : qu’est-ce que c’est encore que ça ?

Une petite explication s’impose : dans les pays nordiques, notamment en Islande ou en Norvège mais aussi dans les îles Shetland ou toutes les îles où le Fair-Isle, le jacquard, le tricot avec plusieurs couleurs est présent, cette méthode existe.

Pourquoi : parce qu’il est beaucoup plus simple de tricoter en rond (donc toujours des mailles endroit) pour faire du jacquard, ça permet d’avoir un tricot régulier, qui ne biaise pas, ne tire pas et est harmonieux.

Mais bon, un tricot, il faut bien de temps en temps y passer les bras, ou la tête ou bien le transformer en gilet.

Et c’est là que le coup de ciseaux tranche dans le vif.

Je ne vous ferai pas un détail précis de toutes les méthodes de steeks qui existent : certaines se font à cru si la laine le permet), d’autres en sécurisant les mailles au crochet et d’autres en sécurisant les mailles avec des points de couture. Kate Davies en parle très bien sur son blog (en anglais)

Tout ceci pour vous mener à ça :

En partant de ça :

Avec quelques étapes intermédiaires :

Ce qui donnera ça avant de couper : la bande centrale que l’on voit est une bande de deux mailles envers (j’ai répété les mailles du motif jacquard. Ce modèle n’étant pas au départ prévu pour être coupé)

(j’ai aussi ajouté une bande en laine mérinos noire que j’ai cousu par la suite pour que ce soit plus agréable à porter. La Lopi reste de la Lopi …)

Et ensuite (musique de fil d’horreur) …. knip knip

Avant de couper, j’ai cousu une double couture de chaque côté avec une aiguille double à petits points.

J’ai ensuite cousu une fermeture éclair et posé un biais sur l’intérieur pour consolider le tout.

Ce qui donne ceci :)

Donc beaucoup de frayeur (couper un tricot !) pour un résultat super sympa et c’est bien moins effrayant qu’il n’y paraît !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !